La semaine digitale Bordeaux
Menu burger
La semaine digitale Bordeaux

Actualités

Sous la ville, la fibre. Derrière la fibre…la ville.

28/03/19
Sous la ville, la fibre. Derrière la fibre…la ville.

En 2020, l’intégralité des foyers bordelais pourra accéder à internet par la fibre.
Cette performance est aussi humaine que technique.


Il y a dix ans, le déploiement de la fibre optique sur la Métropole bordelaise balbutiait. Les entreprises en avaient un besoin croissant, les particuliers pas encore. Comme Bordeaux est une « ville basse », largement constituée d’échoppes et de petits immeubles, le raccordement est fastidieux et peu rentable. Les efforts portaient essentiellement sur les besoins publics et la fibre à usage professionnel (FTTO, Fiber To The Office).

Un puissant coup d'accélérateur
 
Conscient du retard et de ses conséquences pour la « nouvelle économie », l’État français a missionné dès 2008 l’autorité de régulation des télécoms {ARCEP) pour définir un cadre national d’intervention entre collectivités et opérateurs. De cette décision du régulateur découla la signature d'une convention entre la Métropole et Orange pour couvrir 26 communes métropolitaines (le périmètre de la CUB hors Bordeaux) dès 2013. L’enjeu premier de ce chantier consistait à implanter des armoires techniques auxquelles jusqu’à 500 fibres dont raccordées pour desservir les foyers. Déployer un réseau n’est jamais facile. Même si la fibre elle-même et ses artères de circulation - micro-tranchées, sections aériennes, etc - ont bien progressé, elle se doit d’aller partout et implique donc des interventions dans le bâti public et privé assujetties à des accords, des rendez-vous précis et une logistique fragile par rapport aux autres chantiers urbains. Beaucoup de villes ont peiné à organiser ce jeu complexe entre compétence, disponibilité et « vieilles pierres ». Voilà pourquoi, en 2016, Bordeaux Métropole signe une seconde convention avec Orange pour le déploiement de la fibre sur la ville centre.

L’ère de la réponse instantanée
 
Pour Christophe Trouillet, chargé de mission aménagement numérique à Bordeaux Métropole, ce qui a accéléré le déploiement de la fibre sur notre zone urbaine, c’est le fait que « depuis 2014, la métropole s’est positionnée en partenaire facilitateur. Tous les services métropolitains sollicités ont su mettre en place les organisations appropriées pour traiter les demandes diverses et variées des opérateurs. ». Le processus interne de délivrance d’autorisation de travaux a été partagé. Les sites métropolitains susceptibles d’accueillir des équipements techniques ont été proposés. On a aussi visé la cohérence en favorisant l’usage d’ouvrages comme les parkings souterrains, à la fois accessibles et riches en « réserves » d’espaces techniques. Tout, y compris les recherches de terrains pour implanter des centraux a été fait pour un déploiement rapide.

Une boucle vertueuse
 
Le bon déroulement du déploiement de la fibre bordelaise a permis aux opérateurs de pouvoir servir rapidement leurs clients avec une technologie fiable. L’effort d’investissement a été révisé à la hausse, accélérant encore l’ensemble au point de faire de la métropole bordelaise le territoire sur lequel le déploiement est le plus rapide en France. Ce fonctionnement perdure : techniciens publics et privés continuent à échanger chaque mois un état des adresses éligibles afin que la Métropole puisse renseigner ses nouveaux habitants sur leur situation d’accès au très haut débit. Christophe Trouillet conclut : « Chacun reste à sa place, dans son domaine d’expertise. Le lien, la relation, eux, changent définitivement de nature ».